Dans un très intéressant article du Monde Diplomatique, François Cusset développe un argumentaire à contre-courant : la décentralisation n'a fait qu'augmenter les inégalités territoriales tout en uniformisant l'imagerie locale :

« Parmi les curiosités héritées des années 1980 -cette décennie charnière dont procèdent directement nombre de nos impasses du moment-, un paradoxe ne surprend plus personne : la délégation de pouvoir aux villes et aux régions, la réhabilitation politique et culturelle de tous les « pays » de France ont surtout engendré la mise en concurrence féroce et publicitaire des mille recoins de l'Hexagone. En ce sens, la décentralisation a creusé une « fracture provinciale ». Car c'est bien là une conséquence, en partie involontaire, du train de mesures des deux septennats Mitterrand -les vingt-six lois et deux cent cinquante décrets de décentralisation passés entre 1981 et 1984-, lequel constituait aussi son projet le plus sincèrement démocratique. »

La suite ici...

Sans doute à méditer à l'heure où notre gouvernement cherche à nous vendre son projet de Nouvelle Université, consacrant l'autonomie des universités françaises (et en particulier, l'autonomie budgétaire)...

Voir également le film « Université en danger ».