Le blog-notes [Archive]

 

En vrac, des idées, des pense-bêtes, des réactions épidermiques, le tout en musique.

vendredi 31 août 2007

Blank Page (Smashing Pumpkins, 1998)

The Smashing Pumpkins | Adore

J'aurais aimé parler de Chavez et du formidable travail de renouvellement du socialisme et de la démocratie accompli au Venezuela, alors qu'il est totalement diffamé par les médias traditionnels en Europe. Je citerais simplement La voix du sud, le blog d'un journaliste au cœur même de la révolution bolivarienne, directement au Venezuela. Et pour ceux qui aiment les petites histoires, on pourra lire les instants décisifs du coup d'État contre Chavez racontés par Fidel Castro ou bien l'intervention de Chavez à l'Assemblée générale de l'ONU au cours de laquelle il qualifie Bush de « diable » et de « tyran ».

J'aurais aussi pu parler de cet article sur le capitalisme et les libertés qui m'interpèle depuis si longtemps et qui aurait mérité une note à lui tout seul... Ou tout aussi bien de Sarkozy le Médiatique qui fait même parler de lui quand il est en vacances, mais il n'a visiblement pas besoin de moi pour se faire mousser. Sarkozy le Colonialiste en revanche est resté bien discret dans les médias (lire ici ou pour les réactions africaines)...

J'aurais pu parler de la pollution du Rhône par les PCB... mais on en parle déjà ici et . Décidément, le Rhône n'est pas un long fleuve tranquille... Signalons simplement au passage que les zones de captage de l'eau potable qui alimente Lyon sont en aval de la source de pollution ; en clair, il est plus que probable que ce qui sort de nos robinets est très fortement pollué !

J'aurais pu parler du Vélo'V et de tout le bien que j'en pense (rapide, écologique et économique à la fois !) mais le Vélib a cassé l'effet d'annonce. Et depuis que je sais pourquoi le système n'est pas toujours très fiable (avec en illustration un très beau BSOD de chez MS Windows) : Messieurs de chez JCDecault, si vous voulez plus de fiabilité, nul besoin de chercher très loin...

J'aurais d'ailleurs pu parler de Veni, Vidi, Libri (VVL) et de la lente mais inexorable avancée du Libre... Mais finalement, le temps que je ne passerai plus ici me donnera peut-être l'opportunité de leur en accorder plus.

J'aurais pu parler de l'initiative conjointe entre Universal et le Neuf pour proposer une plate-forme de téléchargement illimité de musique (bourrée de DRM, cela va de soi). Initiative qui montre bien qu'Universal ET les politiques se foutent bien de nous et en particulier des ayants-droits qu'ils prétendent défendre, après avoir dégagé de l'Assemblée nationale un projet de licence globale il y a de cela 1 an et demi lors de l'examen de la loi sur les droits d'auteurs. On se souviendra d'ailleurs qu'un amendement peu favorable avait été fortement poussé (au point d'en tirer son nom) par Vivendi, maison-mère d'Universal (!). À la différence de cette nouvelle initiative où ils seront soigneusement gardés à la discrétion d'Universal, le projet de licence globale laissait au moins au pouvoir politique toute latitude sur la redistribution des revenus liés aux abonnements...

J'aurais pu parler des heures de Partir, ce magnifique roman de Tahar Ben Jelloun, mais le Diplo l'a déjà fait et bien, alors voici en extrait les deux lettres d'Azel à son pays, le Maroc, son amour impossible qui le poursuit au loin... J'aurais aimé décrire ma fascination pour L'insoutenable légèreté de l'être, chef d'œuvre de Milan Kundera, mais rien ne peut mieux rendre hommage au génie de cet écrivain que la lecture même de ce livre... Je pourrais aussi toucher un mot sur Ratatouille, magnifique film d'animation des habitués du genre de chez Pixar dont l'histoire se déroule à Paris, mais le Monolecte est déjà passé par là et c'est très bien vu.

J'aurais aussi pu parler bouffe. La vieille France, pays par excellence de la gastronomie dont la capitale est indubitablement Lyon. La Consigne de l'Harmonie des vins aux Brotteaux pour une petite dégustation de vins accompagnés à merveille de charcuterie ou de fromages, la Crèperie du Parc à la Tête d'Or pour des crêpes et galettes admirables en terrasse, ou encore le Petit frère à Massena, modèle de cuisine française faite de variétés subtiles et de mélange de saveurs toujours nouvelles, avec une présentation digne des plus grands restaurants, le tout sans se ruiner... Ou alors l'Espagne, terre d'accueil pour les amateurs de bonne chaire. Bienvenue au Liate Lounge à Pozuelo (en banlieu madrilène) pour une dégustation sans limite de tapas, ou bien au Nipon Taro pour découvrir la cuisine japonaise, très raffinée et en même temps tellement abordable, ou encore le Kiosco de las flores pour accéder au summum de la cuisine espagnole en plein cœur de Séville...

Et puis non, pas le temps, pas l'envie, manque de motivation, il fait beau et j'ai d'autres choses à faire... Bref, je pourrais trouver plein d'excuses pour ça. À la place, je vais simplement finir ce blog-notes sur cette page blanche bien remplie...


Blank page is all the rage
Never meant to say anything
In bed I was half dead
Tired of dreaming of rest
Got dressed drove the state line
Looking for you at the five and dime
Stop sign told me stay at home
Told me you were not alone
Blank page was all the rage
Never meant to hurt anyone
In bed I was half dead
Tired of dreaming of rest
You haven't changed
You're still the same
May you rise as you fall
You were easy you are forgotten
You are the ways of my mistakes
I catch the rainfall
Through the leaking roof
That you had left behind
You remind me
Of that leak in my soul
The rain falls
My friends call
Leaking rain on the phone

Take a day plant some trees
May they shade you from me
May your children play beneath

Blank page was all the rage
Never meant to say anything
In bed I was half dead
Tired of dreaming of rest
Got dressed drove the state line
Looking for you at the five and dime
But there I was picking pieces up
You are a ghost
Of my indecision
No more little girl

mardi 31 juillet 2007

Le vent nous portera (Noir Désir, 2001)

Noir Désir | des Visages des Figures

Lire la suite

mercredi 25 juillet 2007

Le cake orange EXtraordinaire

Recette facile pour 2-3 personnes.
Préparation : 20 minutes
Cuisson : 45 minutes
Ingrédients :
  • 3 œufs
  • 150g de farine
  • 1 sachet de levure
  • huile d'olive
  • 12.5cl de lait
  • 100g de gruyère rapé
  • 100g de féta
  • 150g de sauce tomates-olives de chez Barilla
  • 2 tranches de jambon cru
  • basilic, sel, poivre

Encore une recette facile : on mélange tout et c'est prêt !

Pour plus de détails : dans un saladier, mélanger la farine, les œufs et la levure. Petite subtilité, faire chauffer le lait avec suffisamment d'huile d'olive pour arriver à 20cl (ce qui devrait nous faire 7.5 cl d'huile d'olive !), puis mélanger tout ça avec l'appareil de base. À ce moment-là, faire préchauffer le four à 180°C (Th.6). Rajouter à l'appareil le gruyère rapé, la sauce tomates, le jambon cru coupé en morceaux et la féta. Aromatiser avec du basilic, du sel et du poivre. Mettre dans un plat à cake sans beurrer puis directement au four.

Normalement, après 45 minutes de cuisson, on obtient un magnifique cake orange aux saveurs multiples, idéal pour un apéritif original. À déguster mi-chaud, avec un Fronton Château Montauriol 2004 aux saveurs jeunes et fruitées, légèrement frais.

Un succès inévitable. Éviter toutefois l'enchaînement avec une Déesse 2004 qui, malgré une bonne volonté évidente à base de Syrah et d'élevage en barrique lui donnant tout son corps, peut être fatal si l'on n'est que 2 à en profiter.

mardi 24 juillet 2007

OGM, le nerf de la guerre...

J'ai déjà eu l'occasion d'en parler ici et , les OGM portent en eux la promesse de belles catastrophes. Sinon environnemental, l'impact sur la santé devient préoccupant. Pire que ça, seuls les intérêts économiques de quelques multinationales priment. Par la faute d'un étiquetage pour le moins défaillant, les consommateurs sont de plus en plus confrontés à des produits contenant des OGM, sans le savoir. Les agriculteurs sont perdants, les consommateurs sont perdants, l'environnement est perdant, Monsanto est bien gagnant. En Europe, grâce à la pression de la population majoritairement hostile aux OGM (qui ne représentent pour l'instant que 0.05% des cultures), ceux-ci ne s'imposent pas. Pour l'instant...

« Pour les producteurs d'OGM, l'opinion des consommateurs reste le dernier verrou à faire sauter... »

Envoyé Spécial d'avril 2007, une enquête de Catherine Bertillet en 2 vidéos de 15 minutes (via Le Grand Ménage) :

samedi 21 juillet 2007

Tout le bonheur du monde (Sinsemilia, 2004)

Sinsemilia | Debout, les yeux ouverts

Lire la suite

Bush interdit officiellement la torture

C'est officiel : les agents de la CIA n'ont plus le droit de faire n'importe quoi sur les prisonniers (en particulier soupçonnés de terrorisme) pour leur soutirer des informations. On pense immédiatement à Guantanamo ou Abou Ghraïb. George W. Bush vient de signer un décret interdisant meurtres (!), tortures, mutilations et traitements cruels ou inhumains. Il garantit également aux prisonniers nourriture, abris, habillement et soins médicaux.

Ah, mais alors, ça veut dire qu'avant c'était pas comme ça ?

« Le porte-parole de la Maison Blanche, Tony Snow, a éludé la question disant simplement qu'elles [ces règles] le seront désormais. »

Mmmh... Joker donc. Bon, mais est-ce que ça veut dire que maintenant, les États-Unis vont appliquer les conventions et traités internationaux concernant les droits de l'homme (notamment la Convention de Genève) ?

« En dépit du nouveau décret, le président américain ne se sent pas lié par les Conventions de Genève qu'il entend interpréter à sa guise, en ce qui concerne les combattants ennemis. »

Sans commentaire...

[Source : RFI]

jeudi 19 juillet 2007

Walk the Line (James Mangold, 2006)

Walk the Line

Lire la suite

vendredi 13 juillet 2007

Et au milieu coule une rivière (Robert Redford, 1992)

Et au milieu coule une rivière

Lire la suite

mercredi 11 juillet 2007

In the Mood for Love (Wong Kar-Wai, 2000)

In the Mood for Love

Lire la suite

dimanche 8 juillet 2007

Décentralisation = piège à cons ?

Dans un très intéressant article du Monde Diplomatique, François Cusset développe un argumentaire à contre-courant : la décentralisation n'a fait qu'augmenter les inégalités territoriales tout en uniformisant l'imagerie locale :

« Parmi les curiosités héritées des années 1980 -cette décennie charnière dont procèdent directement nombre de nos impasses du moment-, un paradoxe ne surprend plus personne : la délégation de pouvoir aux villes et aux régions, la réhabilitation politique et culturelle de tous les « pays » de France ont surtout engendré la mise en concurrence féroce et publicitaire des mille recoins de l'Hexagone. En ce sens, la décentralisation a creusé une « fracture provinciale ». Car c'est bien là une conséquence, en partie involontaire, du train de mesures des deux septennats Mitterrand -les vingt-six lois et deux cent cinquante décrets de décentralisation passés entre 1981 et 1984-, lequel constituait aussi son projet le plus sincèrement démocratique. »

La suite ici...

Sans doute à méditer à l'heure où notre gouvernement cherche à nous vendre son projet de Nouvelle Université, consacrant l'autonomie des universités françaises (et en particulier, l'autonomie budgétaire)...

Voir également le film « Université en danger ».

vendredi 6 juillet 2007

Le CNE contraire au droit international

Est-ce un retour à l'équité employé-employeur ou bien simplement une péripétie dans le détricotage des droits des salariés ?

Lire la suite

Payback (Brian Helgeland, 1999)

Payback

Lire la suite

lundi 2 juillet 2007

Gratin d'aubergines spécial course*

Recette facile pour 3 personnes.
Préparation : 1/2h
Cuisson : 40 minutes
Ingrédients :
  • 6 patates
  • 1 aubergine
  • 500 mL de crème
  • 1 tranche et demi de jambon
  • 1 bonne tranche de Roquefort
  • gruyère rapé
  • muscade, sel, poivre

Pour l'accompagnement :

  • 3 grosses tomates
  • de la chapelure
  • parmesan, poivre, sel
  • gruyère rapé

L'idée est simple : tout couper en morceaux avant de mettre dans un plat à gratin, et faire cuire le tout 40 minutes à thermostat 6 (5 minutes de préchauffage le temps de couper les patates, l'aubergine et le jambon suffisent). Pour ceux qui auraient le souci du détail, ils feront revenir le Roquefort au préalable dans une casserole avec la crème afin de bien uniformiser sa répartition. Muscade, sel & poivre à convenance ; saupoudrer généreusement de gruyère rapé pour le gratinage.

Une fois le gratin enfourné, on peut passer à l'accompagnement : couper les tomates en 2, puis les déposer sur le dos dans un autre plat (vérifier au préalable que tout tient d'une manière ou d'une autre dans le four). Saupoudrer généreusement les tomates de chapelure, de parmesan, de poivre et de sel. Recouvrir également de gruyère rapé et envoyer le plat rejoindre son petit camarade de gratin.

D'ici une 1/2 heure, il sera temps de se mettre à table !




* Pour les gens vraiment débordés mais pas pressés de manger !

jeudi 28 juin 2007

Lily (My one and only) (The Smashing Pumpkins, 1995)

The Smashing Pumpkins | Mellon Collie and The Infinite Sadness

Lire la suite

lundi 25 juin 2007

Écologie = Économie !

Petite revue chiffrée des économies que l'on peut faire dans une maison, avec des gestes simples et surtout écologiques !

Lire la suite